La frugalité au service de la création de valeur

Partie 1/2 : la Digital Factory comme nouveau modèle de collaboration

Depuis plusieurs années, de nombreuses entreprises entreprennent une Transformation Digitale qui vise à accélérer leur capacité d’adaptation aux environnements, exposés à de constants changements et aux disruptions imposées par l’arrivée d’une concurrence nouvelle (nouveaux acteurs sur le marché, Startups…).

Appréhendée à grande échelle, cette transformation vise à modifier les infrastructures techniques et technologiques des entreprises en besoin de repositionnement sur le marché, pour mieux répondre aux nouveaux usages inhérents à notre environnement (digitalisation, nouveaux business models..).

Souvent abordée sous le prisme de la refonte technique et infrastructurelle, la Transformation Digitale opérée par les entreprises dévie parfois de l’objectif clé : l’optimisation des enjeux business et les impacts de la refonte technique sur leur modèle d’affaires.

Face à ce challenge de taille, quelles sont les étapes et les modes de travail permettant de réinventer et optimiser le core business des entreprises et d’identifier de nouveaux territoires d’opportunités, tout en assurant la refonte technique des entreprises ?

Afin d’apporter des éléments de réponse à cette problématique, nous avons fait appel à Amélie Tranois, Business Enabler chez WeDigitalGarden et qui assure la construction et le développement de notre méthodologie. Merci à elle pour son expertise.

Copyright © WEDIGITALGARDEN

Pour accompagner à la transformation digitale, nous adoptons une approche incrémentale, qui vise à mettre en place et à développer des projets “pilotes” au sein de grandes entreprises. Ces projets pilotes sont développés de manière itérative et permettent d’éprouver rapidement les changements de mode de travail grâce à une approche prouvée par l’exemple.

L’objectif : capitaliser sur de nouveaux modes de travail pour construire un produit et une nouvelle expérience fonctionnelle, capable de générer un revenu business en 2 à 3 mois, et ce, dès son déploiement sur le marché en limitant les impacts au niveau organisationnel.

Pour mener à bien ce projet ambitieux, nous développons les produits digitaux de nos clients par la mise en place de “Digital Factories” : un cadre de travail agile permettant l’accélération des projets via la mise à disposition d’équipes cross-disciplinaires appelées “squads”. Avec des méthodes de travail empruntées à l’agile, la Digital Factory place l’utilisateur final au centre du projet, et a pour objectifs d’observer et d’identifier les besoins des utilisateurs, ainsi que de tester des hypothèses de croissance rapidement pour créer de la valeur en continu, tant d’un point de vue utilisateur (développer un produit fonctionnel) que d’un point de vue business (market fit).

Copyright © WEDIGITALGARDEN

Le point de départ du travail de la Digital Factory consiste en une analyse préliminaire poussée permettant l’identification des besoins moteurs du projet : l’analyse et les tendances du marché, en croisant les informations venant des études terrains (qualitatives) assurées par les Designers, de la vision stratégique des managers et des consultants, des campagnes menées par les Growth Hackers et des data d’utilisation des services en place. L’objectif ? Valider le Product Market Fit, ou le positionnement du produit sur son marché afin de s’assurer que le projet réponde à un besoin réel, exprimé par les utilisateurs, garantissant un ROI à l’entreprise.

Une fois cette analyse préliminaire effectuée, la Digital Factory organise son action et la réalisation du projet autour de 4 étapes clés :

  1. Constitution du POC ou “Proof of Concept”: cette première phase d’analyse a pour but d’identifier les besoins utilisateurs liés au produit et de valider la viabilité du projet en plaçant les utilisateurs au centre de celui-ci, le tout de manière frugale, en limitant les investissements de la part de l’entreprise (humain et financier).
  2. Construction du pilote “Minimum Marketable Product” (MMP) : cette seconde phase vise à construire les premières communautés d’utilisateurs (“early adopters”) pour valider les premières hypothèses commerciales et fonctionnelles du produit.
  3. Déploiement du MMP ou “Minimum Marketable Product” : la troisième phase correspond au premier déploiement produit à grande échelle et à sa mise à disposition sur le marché pour le tester, générer des revenus via une communauté plus large d’utilisateurs et prévoir les optimisations à apporter.
  4. Déploiement généralisé ou par paliers : cette ultime étape vise à optimiser le retour sur investissement du projet en testant de nouvelles sources de revenus ainsi que son impact sur le marché.

La Digital Factory répond à une stratégie de développement alternative à la Transformation Digitale : on parle alors de “transition” digitale, du fait de son caractère incrémental et de son format à taille humaine. Ce dispositif permet d’aider les entreprises à transformer leur structure de l’intérieur par l’exemple de projets digitaux disruptifs ou incrémentaux, permettant ainsi de poser les premiers jalons pour une transformation à plus grande échelle.

Ce nouveau mode d’organisation des équipes projet vise à introduire l’innovation ou la diversification du core business de l’entreprise, à travers de nouvelles méthodes de travail, et à insuffler un changement d’état d’esprit croissant à travers ces projets pilotes. Les rôles et les missions de chaque partie prenante évoluent au profit d’un nouveau modèle à l’enjeu clair : délivrer de la valeur business à travers une approche cross-disciplinaire.

Empruntées au mindset agile (qui, rappelons-le, constitue avant tout un état d’esprit), ces méthodes de travail sont articulées autour de 3 piliers phares :

  • Dé-complexifier le produit : en le séquençant en plusieurs briques fonctionnelles sur lesquelles se concentrer et à développer en continu ;
  • Réduire le time-to-market : en livrant une première version fonctionnelle du service aux utilisateurs de façon régulière à la fin de chaque itération courte (sprint de 2 semaines) pour récolter leurs feedbacks et anticiper les optimisations à venir ;
  • Se nourrir de l’incertain : l’inconnu, ce terrain d’expérimentation qui nous permet de tester nos hypothèses, d’optimiser, d’itérer et de ce fait être en capacité de nous adapter à la gestion du changement à tout moment.

Ces 3 piliers, socles de notre méthode, vont organiser et guider le travail de la Digital Factory tout au long du projet afin d’assurer la création de valeurs en continu. Ils nous permettent d’appréhender chaque projet de manière pragmatique, tout en nous adaptant au contexte et aux besoins de nos clients.

De manière plus globale, ils constituent le prémisse de notre framework ou “operating model”, détaillé en deuxième partie de cet article.

— — — — — — — — — — — — — — — —

La Digital Factory représente donc un nouveau modèle d’innovation sur lequel WeDigitalGarden capitalise pour faciliter la Transition Digitale de ses clients et les aider à rénover leur core business.

C’est en appréhendant la Transformation Digitale différemment à travers ces projets pilotes développés de manière incrémentale et pragmatique et par des équipes cross-disciplinaires, que nous créons et assurons la valeur business nécessaire, tant auprès de nos clients qu’auprès des utilisateurs finaux du produit.

Designers and makers for the new economy. www.wedigital.garden

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store